fbpx
PARTAGER / SHARE
expérientiel

Il n’est pas toujours facile pour les élèves d’apprendre des concepts abstraits en continu, sans pouvoir expérimenter des exemples concrets. Puisqu’ils ne comprennent pas leur utilité « dans la vraie vie », cela fait en sorte que les notions enseignées peuvent perdre de leur sens. Voici comment ajouter du concret dans vos cours pour favoriser l’apprentissage de vos élèves.

 

 

L’expérimentation comme instrument de réflexion

Plus les élèves vieillissent, plus la compréhension de notions abstraites se fait rapidement. Au cégep et à l’université, l’approche concrète ou imagée est moins nécessaire. Mais au primaire et au secondaire, les élèves ont besoin d’utiliser leurs sens, d’expérimenter, de voir et de toucher pour s’approprier certains concepts et se sentir concernés.

 

Plusieurs notions peuvent être représentées et expérimentées dans le réel. Les élèves peuvent ainsi donner un sens et une utilité aux concepts expliqués. On ne parle pas ici de grandes équations mathématiques, mais bien de concepts de biologie, d’histoire, d’environnement, de sciences physiques et autres matières qu’il est intéressant et bénéfique d’illustrer par l’expérimentation directe.

 

Expérimenter, c’est apprendre en analysant les choses concrètement, en se posant des questions, en formulant des hypothèses, en comparant les résultats pour en tirer des conclusions. Cette démarche, qui est en grande partie basée sur l’observation et la manipulation, développe la rigueur et le sens de la méthode chez les élèves.

 

 

L’apprentissage expérientiel

L’apprentissage expérientiel est une méthode développée par le pédagogue David Kolb dans les années ‘70, qui propose la mise en place d’activités ou d’ateliers permettant aux jeunes de faire l’expérience directe de concepts abstraits.

Pour vos élèves, apprendre des notions en expérimentant celles-ci leur donne la chance de se sentir impliqués, responsabilisés et proactifs. Au primaire, on peut, par exemple, faire comprendre aux élèves :

  • les mesures de poids en pesant des objets sur une balance;
  • les fractions en découpant des feuilles;
  • les mesures liquides en employant une tasse à mesurer;
  • la soustraction en utilisant de petits objets;
  • les ordres de grandeur par l’observation au microscope ou à la loupe.

On peut également démontrer, par des ateliers d’apprentissage expérientiel immersifs :

  • les faits historiques ou scientifiques en visitant un musée ou le Cosmodôme;
  • le concept de relief géographique en faisant une excursion près d’une montagne;
  • le monde animal en visitant un insectarium, un aquarium ou un refuge animalier;
  • l’agriculture en visitant une ferme;
  • la flore en amenant les élèves dans une forêt;

Les activités d’apprentissage expérientiel par projet et/ou par recherche sont très efficaces lorsqu’elles sont exécutées en petits groupes (tout comme, par exemple, lors d’analyses de laboratoire dans un cours de chimie ou de biologie). L’expérimentation en équipes de 2 à 8 personnes est donc recommandée afin de favoriser les échanges et la progression de chacun.

De plus, l’expérience doit être signifiante pour l’élève et, préférablement, lui apporter des informations qui dépassent le cadre de l’expérience comme telle.

Les différentes phases de l’apprentissage expérientiel

Les ateliers d’apprentissage expérientiel s’effectuent en 4 phases :

  • l’expérimentation;
  • l’observation réfléchie;
  • la conceptualisation abstraite;
  • l’application de nouvelles idées.

Les élèves sont impliqués et responsabilisés dans le processus d’apprentissage. Ils apprennent ensemble les procédures, les compétences requises, les faits à tenir en compte ainsi que les concepts à appliquer. Ils doivent, de plus, avoir une certaine autonomie et une marge d’initiative sur l’expérience, tout en respectant les consignes.

 

Le jardin en classe en tant qu’activité d’apprentissage expérientielle

À première vue, le jardin hydroponique Vireo est un projet éducatif qui permet aux élèves d’apprendre, en petits groupes, à faire pousser des légumes, des fines herbes et des plants à fruits. Mais c’est bien plus que cela! Cette activité des plus concrètes (impliquant le toucher, l’olfaction, la vue et même le goût), permet aux élèves d’acquérir des compétences liées aux matières solaires.

Par exemple, l’enseignant peut faire comprendre :

  • Des notions de mathématiques en demandant aux élèves d’ajuster les solutions nutritives aux besoins de plants;
  • Des notions de biologie en observant la croissance des plants, légumes et fines herbes;
  • Des notions de français et d’environnement en demandant aux élèves de rédiger un texte dans lequel ils planifient l’aménagement d’un écosystème de permaculture;
  • Des notions d’histoire en parlant de l’«invention» de l’agriculture, qui mena à la sédentarisation;

Avec la plateforme numérique (application mobile) qui est incluse avec le potager hydroponique en classe, les élèves ont accès à une variété de contenus éducatifs stimulants. Ils seront occupés toute l’année!

Le jardin à l’école inclut :  

  • Tout le matériel pour le démarrage et l’entretien du potager; 
  • Les semences et les substrats pour l’année; 
  • L’accès à la plateforme numérique comportant les différents ateliers éducatifs (utilisables facilement par des fonctionnalités intuitives); 
  • Du soutien pour assurer le succès de votre projet.

Le potager hydroponique Vireo est simple à installer et à entretenir. Il ne comporte pas de manipulation de terreau, ce qui fait qu’il reste propre en tout temps!

 

Contactez-nous pour obtenir plus d’informations

Si vous avez des questions ou si vous désirez en savoir davantage sur ce projet éducatif qui permet d’expérimenter concrètement les apprentissages, nous vous invitons à visiter notre site Internet et à faire l’essai gratuit de notre plateforme pédagogique numérique, afin de découvrir tous les contenus éducatifs présentés